top of page
  • Photo du rédacteurMario Griffin

Faire la lumière sur le vin bio, nature, organique et biodynamique.


Pour les consommateurs de vins, il n’est pas toujours facile de s’y retrouver afin de reconnaître ce qui fait la différence entre un vin bio, nature, organique et biodynamique. Si l’Europe a tendance à mieux identifier ces produits, il n’en est pas toujours un gage de garantie lorsque l’on magasine de ce bord de l’Atlantique.


Il n’est pas rare qu’on me questionne sur le sujet et sur ce que je pense de ces vins. Je dois admettre que l’évolution a été remarquable depuis quelques décennies, alors qu’en 1991, l'Europe se consacre à encadrer la production bio. Le vin n’est toutefois concerné qu'au niveau de la culture du raisin. On dira alors des vins « issus de l'agriculture biologique ». Au Québec, le premier domaine à s’afficher biologique a été le vignoble de Négondos près de Mirabel, une entreprise établie depuis 1993.

Comment démêler tout cela?

Cette notion sème d’ailleurs encore la confusion pour bien des amateurs du nectar de la vigne qui recherchent des entreprises écoresponsables. La tendance est en croissance, alors que les gens veulent boire des produits respectueux de l'environnement et de la santé. Mais comment s'y retrouver parmi les différentes appellations et certifications qui existent sur le marché? Quelles sont les principales distinctions entre les vins bio, organiques et biodynamiques?


D’abord, le vin bio, c’est quoi?

Le vin bio est un vin élaboré selon un cahier des charges européen qui impose des règles strictes à la fois sur la viticulture et la vinification. Pour être certifié bio, un vin doit respecter les principes suivants :


- N'utiliser aucun produit chimique de synthèse (pesticides, herbicides, fongicides) ni OGM dans les vignes.

- Limiter les intrants (soufre, levures, enzymes, etc.) lors de la vinification et respecter des seuils maximaux fixés par la réglementation.

- Se soumettre à des contrôles réguliers par un organisme indépendant qui vérifie le respect du cahier des charges.


Un vin bio se reconnaît facilement grâce au logo AB (Agriculture Biologique) ou au logo européen (feuille verte sur fond blanc) apposé sur l'étiquette. Il faut savoir qu'un domaine doit respecter la règlementation bio pendant au moins trois ans avant d'obtenir la certification. Pendant cette période, il est en conversion bio et peut le mentionner sur l'étiquette.

Et le vin nature, dans tout ça?

Les vins nature, qui ne bénéficient pas d'une certification officielle, sont plus difficiles à quantifier. On estime qu'il existe environ 400 producteurs de vins nature en France, ce qui représentent moins de 1 % du vignoble français. Le vin nature est un vin qui n’a subi aucune intervention chimique ni technique lors de sa vinification. Il est élaboré à partir de raisins issus de l’agriculture biologique ou biodynamique, vendangés à la main et fermentés avec des levures indigènes. Il ne contient pas ou très peu de sulfites, qui sont des conservateurs et des antioxydants ajoutés au vin. Le vin nature n’est pas certifié par une réglementation officielle, mais il suit une philosophie qui vise à respecter le terroir, le vivant et le consommateur.


Que signifie alors le vin dit organique?

Le vin organique est un terme anglophone qui désigne tout simplement le vin bio. Il n'y a donc pas de différence entre les deux appellations, mais le terme organique n'est pas reconnu officiellement en Europe. Il peut être utilisé par certains producteurs ou importateurs pour se différencier ou pour s'adresser à une clientèle internationale.


Donc en dehors de l’Europe, il n’y a pas beaucoup de garantie que votre vin aura obtenu à la fois l’encadrement d’un processus de vinification bio, et ce, même si la culture est affichée comme étant écoresponsable. À l’opposé, plusieurs bons producteurs qui appliquent les bonnes mesures à la lettre de la terre jusqu’à la bouteille ne s’affichent pas toujours comme étant bio ou en biodynamie.


Vous avez dit biodynamie?

Bon, comme si ce n’était pas suffisant, on entend aussi parler de vin biodynamique. En fait, c’est un peu le summum, car il s’agit d’une technique qui va plus loin que le vin bio dans le respect de l’environnement et du vivant. Cette façon de faire est celle qui suit les principes d’une méthode de culture initiée par Rudolf Steiner au début du XXe siècle, et qui repose essentiellement sur les idées suivantes :


- Considérer la vigne comme un organisme vivant qui interagit avec son environnement (sol, climat, faune, flore) et avec les cycles cosmiques (lune, soleil, planètes).

- Utiliser des préparations naturelles à base de plantes, de minéraux ou d’origine animale pour stimuler la vitalité du sol et des plantes.

- Respecter un calendrier biodynamique qui indique les jours favorables aux différents travaux de la vigne et du chai selon le rythme lunaire.


Un vin biodynamique se reconnaît grâce au logo Demeter ou au logo Biodyvin qui certifient le respect du cahier des charges de la biodynamie. Ce cahier des charges reprend les exigences du vin bio, mais impose en plus des pratiques propres à la biodynamie. Il limite également davantage les intrants lors de la vinification et autorise une dose de soufre plus basse que celle du vin bio.


Quel est alors le portrait de l’industrie versus la production écoresponsable?

Selon une étude réalisée par l'Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV) en 2018, la superficie mondiale cultivée en viticulture biologique ou en conversion vers le bio était de 7,5 % du vignoble total. L'Europe représentait 88 % de cette superficie, avec l'Espagne en tête, suivie par l'Italie et la France.


La viticulture biodynamique représente quant à elle une niche plus limitée. Les régions viticoles les plus engagées dans la biodynamie sont l'Alsace, la Bourgogne et la vallée du Rhône.

Les vins bio, organiques et biodynamiques sont des vins qui se distinguent par leur mode de production respectueux de l'environnement et du vivant. Ils offrent une alternative aux vins conventionnels qui peuvent contenir des résidus de produits chimiques ou des additifs indésirables.


Sachez cependant que toutes les études rigoureuses cités par l’Agence Science-Presse dans un article récent arrivent au constat qu’aucun des trois types de viticulture (traditionnelle, biologique ou biodynamique) n’est supérieur aux autres pour ce qui est du goût et de la qualité du vin.

Si vous souhaitez découvrir ces produits, la SAQ a plus de 3900 suggestions de vins de catégorie bio sur son site Web. Ils détiennent obligatoirement une certification biologique reconnue par le gouvernement du Canada. Sur le site d’Alcool NB, ce type d’information est invisible. À part une section en évidence dans ses succursales au Nouveau-Brunswick, le consommateur doit faire ses propres recherches.


En terminant voici mes producteurs préférés :

Benziger Family Winery – États-Unis

Clos Puy Arnaud, France

Alvaro Palacios dans le Priorat


Quelques sources de cet article :

(1) Quelles différences entre vin bio, vin naturel et vin en biodynamie .... https://www.hachette-vins.com/guide-vins/actualite-vin/492/quelles-differences-entre-vin-bio-vin-naturel-et-vin-en-biodynamie/.

(2) Vin bio, nature ou biodynamique : comment s’y retrouver. https://www.protegez-vous.ca/loisirs-et-famille/vin-nature-bio.

(3) Le vin biodynamique - Naturalia. https://www.naturalia.fr/vin-biodynamique.

(4) Vin biodynamique demeter des domaines Gérard Bertrand. https://www.gerard-bertrand.com/pages/vin-biodynamique-demeter.

(5) Le vin biodynamique - Naturalia. https://bing.com/search?q=vins+bio+organique+biodynamique.

149 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


Post: Blog2_Post
bottom of page