top of page
  • Photo du rédacteurMario Griffin

Mes carnets de voyage au cœur du Portugal viticole!


Après avoir publié les récits de mon périple en Ontario l’automne dernier, je vous propose une série d’articles sur mon séjour de plus de trois semaines au Portugal.


À travers ces récits, je propose d’aller à la rencontre des producteurs de vins de ce pays d’un peu plus de 10 millions d’habitants, et de ses fabuleuses régions viticoles de Porto et du Douro, mais aussi dans les environs de sa capitale Lisbonne et de la séduisante région du sud en Algarve.


Le Portugal est relativement petit, avec une superficie de 92 212 kilomètres carrés, alors que le Nouveau-Brunswick fait 72 908 kilomètres carrés. Il est donc très facile de se déplacer d’un bout à l’autre de ce pays en auto, en train ou en bus. Situé le plus à l’ouest sur le continent européen, le Portugal profite d’un climat généralement tempéré. Bénéficiant de l'influence atlantique, une certaine douceur ainsi que de l'humidité sont observées sur la partie littorale et au-delà. Toutefois, les températures peuvent connaître des écarts importants à l'intérieur des terres.


Le pays se place au neuvième rang des pays viticoles les plus importants avec près de 192 000 hectares de vignes. On y produit des vins aux caractéristiques très variées, car il est divisé en 14 régions viticoles.


Pour ce premier chapitre de nos aventures dans les vignes du Portugal, je vous présente par le biais de mon blogue des fleurons des vins de Porto alors que la région était la première étape de notre séjour dans ce pays entre le 3 et le 10 avril dernier.


Porto, la ville...

Il faut d’abord préciser que la ville de Porto, qui donne son nom à ces vins fortifiés réputés, est la deuxième ville en importance dans le pays avec près de 1,3 million d’habitants. La ville respire et vit au rythme de cette grande industrie viticole qui a été façonnée par sa relation commerciale étroite avec les Anglais.

Au sein de cette ville moderne et à la fois historique, les grandes maisons de vins fortifiés ont pignon sur rue de l’autre côté du Douro, dans Vila Nova de Gaia, près des rives du fleuve. Ce cours d’eau trouve sa source dans le pays voisin, en Espagne, s’étend sur près de 900 kilomètres et donne son nom à la prestigieuse et spectaculaire région des vins du Douro. Que ce soit Graham’s, Sandeman, Symington, Taylor’s ou Fronseca, le secteur regorge de caves proposant des visites et des dégustations. Toutefois, si vous souhaitez voir des vignes, alors il vous faudra visiter le Douro. Les vins fortifiés de Porto sont produits à partir des vignes de cette région, où l’on cultive des cépages tels que le Touriga Nacional, le Touriga Franca et le Tinta Roriz, connus pour leur profil à saveur riche et sucrée. Les vins de Porto peuvent être rouges, blancs ou rosés, mais les rouges sont les plus courants.


Outre ses vins fortifiés, la ville se démarque pour ses monuments historiques et sa vie culturelle animée. Point de départ idéal pour explorer la région du Douro et ses vignobles, il y a toutefois plusieurs attraits à découvrir.


Durant ce séjour à Porto, nous sommes allés visiter les caves de Graham’s, de Burmester et de Sandeman. Dans ce premier article, nous allons nous consacrer à ces maisons.

1er arrêt : Sandeman

En visitant les différentes caves de Porto, on succombe rapidement au charme du paysage dans Vila Nova de Gaia, alors que de l’autre côté du Douro, la ville de Porto affiche ses attraits avec un lien visible, soit le pont Dom Luis, inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco.


Notre sympathique guide João (Juan) avait revêtu son costume noir, symbole de la maison depuis 1928. Cette marque de commerce, avec le personnage du « Don », a été peinte par George Massiot Brown. Le mystérieux Don en silhouette que l’on retrouve sur les étiquettes arbore une cape et un chapeau noirs à larges bords avec un verre de porto à la main. Ceci représente le costume de l’étudiant portugais et un chapeau Caballero espagnol. Nous avons pu en apprendre davantage sur les immenses chais et l’histoire du fondateur George Sandeman. Fondée en 1790 par ce jeune écossais alors âgé de 25 ans, l’entreprise Sandeman produisait du Sherry, du Brandy et du Madère.

Grâce à un prêt de son père, le jeune homme a commencé à s’occuper des vins portugais et espagnols. Ce n’est qu’en 1811, qu’il acheta des caves à Vila Nova de Gaia, au Portugal, traitant du vin de Porto. En 1877, la marque Sandeman a été déposée et certifiée, et dès 1880, elle est devenue la première maison de Porto à exporter des vins en bouteille et étiquetés.

Notre visite dans l’obscurité des lieux et dans une température naturelle généré par son bâtiment de granit. Il est aussi impressionnant de voir les énormes fûts d’une capacité de plusieurs milliers de litres et dont certains sont des originaux datant plus d’une centaine d’années. Les lieux portent aussi sur les murs les traces de la grande inondation du Douro au début du 20e siècle.


Autre point d’intérêt, c’est la vaste collection de bouteilles anciennes. On raconte que c’est l’une des plus anciennes et complètes d'Europe, alors qu’elle comprend des bouteilles datant de 1650.

Cette visite, nous l’avons terminée par une dégustation de 3 produits. Le Porto Blanc Fine White Porto. De couleur paille pâle, ce blanc évoque des arômes de fruits tropicaux avec de légères notes de vanille et une légère saveur de fraîcheur avec une touche douce de noisette.


Le LBV Porto 2018 arbore une couleur profonde, presque opaque. Les parfums sont complexes avec des notes épicées, de baies rouges et de fruits noirs. En bouche, des notes de cacao et des saveurs intenses et complexes. Une acidité vive, des tanins fermes et bien présents offrent une finale extrêmement longue et d’une grande concentration.


Le Sandeman Porto Imperial Reserve démontre pour sa part des caractéristiques d'un vieillissement soigneux et d'un assemblage habile. Ce mélange Tawny premium de couleur ambrée exprime ses saveurs élégantes. Ce Porto affiche aussi un équilibre parfait entre le fruit de la jeunesse et la maturité de l'âge.


2e escale : Burmester

Ce passage à cette maison de Porto ne m’a pas donné l’occasion de visiter les chais. En fait, je n’ai pas été en mesure d’établir un contact avec l’agence de représentation au Canada, mais je me suis quand même présenté à la salle de dégustation par mes propres moyens. Il y avait une symbolique personnelle, car en décembre dernier le vin rouge Tavedo Douro avait été mon vin numéro 1 de l’année à ma compilation annuelle du Top 100 de l’Acadie Nouvelle. Je connaissais moins les Portos de cette maison quand même réputée.


Nous avons donc opté pour une dégustation de 5 produits. Un Porto blanc, un LBV 2016, un Colheita 2005, un vin blanc tranquille Casa Burmester 2021 et un vin rouge Casa Burmester 2020. Chacun de ces vins a plu à mon palais avec une belle découverte par le biais du Colheita 2005. L’élégance et la délicatesse de ce Porto m’ont séduit, de même que sa trame gustative marquée par les fruits séchés. Des notes invitantes de prune et d’épices étaient également perceptibles au nez.


Il faut vraiment vouloir se rendre chez Burmester dans Vila Nova de Gaia, car il s’agit de la maison la plus éloignée des vastes entrepôts qui sont sur les bords du Douro. Burmester est localisée pratiquement sous l’immense Pont Dom Luis qui relie la rive de Vila Nova de Gaia à celle de la ville de Porto.


3e étape : Graham’s Lodge

C’est une visite que nous attendions particulièrement. La famille Symington qui est à la tête de quatre grandes maisons de Porto figure au sein des plus renommées quand on fait allusion au vins fortifiés du Portugal. Symington regroupe les marques de Dow’s, Graham, Cockburn et Warres. Depuis plus de 130 ans, elle est implantée dans le Douro. Plus de 70 % du Porto vendu sous les marques de cette maison est élaboré à partir des vendanges de ses domaines. De plus, les Symington possèdent le plus grand vignoble de la région du Douro. Nous avons d’ailleurs visité la Quinta do Bomfim, à Pinhão, et j’en parlerai dans mon prochain article. Près de cinq générations ont dirigé les destinées de l’entreprise, qui est propriétaire de vignobles de la vallée du Douro avec 26 Quintas couvrant un total de 2 255 hectares, dont 1 024 hectares de vignes. Le reste est principalement constitué de broussailles naturelles avec quelques oliveraies et sites de culture d’agrumes.

Le Graham Lodge est notamment un lieu d’entreposage mais aussi destiné à accueillir les nombreux touristes qui séjournent dans la région de Porto et de Vila Nova de Gaia. On n’y retrouve pas moins de 4 millions de litres qui dorment à cet endroit. Nous y avons été reçus à la maison Graham par notre gentille guide Felipa. Dans l’attente de notre préposée, nous avons pu nous promener à travers l’histoire de cette maison et celle de la famille Symington, car il y une salle au lobby d’accueil qui regorge de photos, de documents et d’articles historiques. Qu’il s’agisse de l’ancien président américain Barack Obama ou de la défunte reine Élisabeth II, il y a eu plusieurs personnages de l’histoire qui sont venus en ces lieux qui représentent pour moi un culte à ce précieux nectar portugais.

Notre guide nous a donc relaté plusieurs détails, notamment lors de notre passage dans les vastes chais. Ces derniers sont protégés de la clarté du jour et sont contrôlés naturellement par d’épais murs de pierre qui protègent de la chaleur externe. Le plancher est simplement de la terre battue. Une humidité suffisante émerge pour protéger ce précieux liquide qui dort paisiblement. Le bâtiment abrite actuellement plus de 2 000 fûts de chêne d’environs 500 ou 600 litres chacun et 40 tonels et balseiros (grandes cuves en chêne) de vin de Porto. On retrouve au-delà de 20 000 litres dans ces énormes réservoirs en bois de chêne pour le vieillissement. Ceci est sans compter les caves de Porto Vintage, vieillissant lentement en bouteille.


Qu’il s’agisse de l’ancien président américain Barack Obama ou de la défunte reine Élisabeth II, il y a eu plusieurs personnages de l’histoire qui sont venus en ces lieux qui représentent pour moi un culte à ce précieux nectar portugais.

Nous sommes passés à la portion dégustations de quatre vins dans une grande salle invitante qui ressemble à une bibliothèque digne d’Harry Potter. D’abord l’emblématique Six Grapes Reserve Ruby Port. Précisons que le vin n’est pas nommé ainsi parce qu’il est composé de six cépages. Au contraire, il n’y en a que trois. Le logo de Six Grapes a une autre signification. Il était traditionnellement utilisé pour marquer les fûts du meilleur vin de chaque récolte. Les vignerons de Graham marquaient les fûts de Porto en utilisant des symboles de raisin pour évaluer le vin sur une échelle de 1 à 6. La présence de six de ces symboles marqués sur le côté du fût signifiait que le vin à l’intérieur était complexe, structuré et équilibré. Il avait donc un potentiel de Porto Vintage.

Nous avons eu la chance de déguster également le Graham’s Quinta dos Malvedos Vintage 2012. Un Porto au nez floral élégant et invitant, typique du Touriga Franca dans les meilleures années.

Des arômes de cerises rouges, de réglisse, de menthe et d’orange sont aussi perceptibles, avec un soupçon de chocolat noir. La finale est agréable, surtout grâce à sa texture veloutée et ses tanins mûrs. Nous avons ensuite eu droit à deux vins de Porto Tawny. Le 10 et le 20 ans étaient devant nous pour nous permette de voir le jeu des comparaisons. Le 20 ans se distingue du Graham's 10 ans par un goût de noisette plus prononcé et des saveurs marquées par l'écorce d'orange et les épices. Une fine acidité se montre en finale. Précisons que Graham’s produit aussi du 30 et 40 ans. De plus, on pourrait voir apparaître bientôt du 50 ans, car l’Institut du Douro qui réglemente les vins fortifiés a autorisé depuis 2021 la commercialisation de Tawny de 50 ans d’âge.


Pour conclure notre passage chez Grahams, nous sommes allés nous gâter à l’un des meilleurs restaurants de Vila Nova de Gaia, soit le Vinum. Avec une vue splendide sur Vila Nova de Gaia avec le Pont Dom Luis et Porto en arrière-plan, nous avons savouré les délices de la cuisine de cet établissement.


À venir sur le blogue

Dans un prochain chapitre de mes carnets de voyage, je vais vous présenter le Douro avec des visites mémorables chez Quinta Bomfim et Quinta de la Rosa. Je peux vous assurer qu’un séjour au Portugal restera à jamais marqué sur vos papilles gustatives avec cette cuisine succulente et ses vins tout aussi exquis!


58 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
Post: Blog2_Post
bottom of page